19 octobre 2021

Finale V8 du Grand Prix, la GXP de 2005

Par beasys


La Pontiac Grand Prix était un incontournable à long terme de la gamme Pontiac, une alternative Driving Excitement aux voitures Buick et Chevrolet avec lesquelles elle partageait ses différentes plates-formes. Bien qu’il se soit estompé de son importance personnelle initiale dans le luxe, Grand Prix a eu un dernier V8 hourra à la fin de sa vie. C’était une sorte de retour en forme après de nombreuses années avec un maximum de six cylindres. Voyons un peu de bonté GXP.

Le Grand Prix a commencé au début des années 60 en tant que voiture de luxe personnelle à deux portes à propulsion arrière de la variété sportive et a continué dans ce mode jusqu’au milieu des années 80. À sa nouvelle cinquième génération, le Grand Prix est passé à la traction avant (comme l’a fait une grande partie du paysage automobile américain) et a développé pour la première fois un style de carrosserie de berline à quatre portes. Il a également perdu quelques cylindres, car son plus gros moteur est devenu un V6 de 3,4 litres. Grand Prix a traversé sa sixième génération avant de se réinventer une dernière fois : un dernier modèle de septième génération qui lui permettrait de traverser la Grande Récession et presque jusqu’à la fin de Pontiac en tant que marque.

En 2004, le nouveau Grand Prix a fait ses débuts sur une version mise à jour de troisième génération de la plate-forme W-body de longue date de GM. Pour la première fois, Grand Prix s’est éloigné de ses racines et n’était disponible qu’en berline. Il a atteint une longueur totale de 198,3 pouces et était soit une petite taille normale, soit une grande taille moyenne, cependant, vous souhaitez le classer. Sur une plate-forme avec la Chevrolet Impala et la Buick LaCrosse, elle était quelques pouces plus courte que l’Impala et légèrement plus longue que la LaCrosse. Le nouveau Grand Prix représentait une étape bienvenue par rapport à l’ère des revêtements que Pontiac a appréciée pendant plus d’une décennie auparavant, et son style a été salué comme étant frais et distinctif.

Au cours de sa première année modèle, tous les Grand Prix étaient propulsés par le bienheureux V6 Buick 3800 Série III, en version L26 à aspiration naturelle (200 ch) ou en L32 suralimenté (260 ch). La version initiale la plus sportive était la GTP, qui était la seule à recevoir le moteur suralimenté. Tous les Grand Prix utilisaient la même boîte automatique à quatre vitesses, car les transmissions manuelles n’intéressaient pas la majorité des acheteurs des années 2000.

Au cours de la dernière partie de l’année modèle 2005, le GXP est arrivé dans la gamme Grand Prix. GXP a annoncé le retour d’un V8 au Grand Prix – une caractéristique absente depuis 1988. Le moteur en question était le LS4 de 5,3 litres, un moteur basé sur la Corvette LS1. Bon pour 303 chevaux, le 5.3 a été rétréci et compacté de diverses manières pour permettre son intégration dans la plate-forme W-body à traction avant. Le moteur n’était disponible dans aucun autre véhicule en 2005, mais en 2006, il a fait son chemin vers l’Impala SS et la Monte Carlo SS. Et pour 2008-2009, il était également disponible dans la LaCrosse Super.

Le GXP était livré en standard avec des palettes de changement de vitesse, un affichage tête haute et une suspension performante avec une hauteur de caisse inférieure de 0,4 pouce par rapport aux autres versions Grand Prix. Le contrôle antitangage StabiliTrak a gardé les choses sous contrôle en mouvement. À l’extérieur, le GXP a été identifié avec des garnitures plus nettes de tous les côtés, un clip avant révisé et plus angulaire, un faux évent d’aile, un double échappement et un pare-chocs différent. Les roues en alcoa chromées étaient une autre exclusivité GXP.

Mais tout comme la direction de couple d’un V8 à traction avant, au milieu des années 2000, General Motors était financièrement incontrôlable. GM a enregistré une perte de 10,5 milliards de dollars en 2005. La récession à venir a scellé le sort de GM et a entraîné avec elle Pontiac. Le Grand Prix a été annulé après l’année modèle 2008; son successeur techniquement le G8. Mais cet Australien à propulsion n’a duré que deux ans. Pontiac a clôturé 2010 avec trois offres de liquidation, dont une seule était en fait une Pontiac. Le G2 (Daewoo Matiz), le G6 et le Vibe (Toyota Matrix) étaient proposés.

Le GXP est en grande partie oublié aujourd’hui, un vestige de General Motors des moments avant sa faillite et sa réorganisation. C’était le genre de voiture que peu de gens demandaient : un V8 transversal coupleux associé à une traction avant et un intérieur assez épouvantable. Ses quelques clients ont payé une prime pour le V8 – 29 335 $ – un peu plus de 42 000 $ ajusté en fonction de l’inflation. Le Rare Ride GXP d’aujourd’hui demande beaucoup moins à 10 995 $. Il n’a parcouru que 66 900 miles et a un historique de propriété propre.

[Images: GM]

Devenez un initié du TTAC. Recevez les dernières nouvelles, les fonctionnalités, les prises TTAC et tout ce qui fait d’abord la vérité sur les voitures en vous abonnant à notre bulletin.