25 juillet 2021

« Aimer séparément : j’ai découvert que le secret d’une relation heureuse était de vivre séparément »

Par beasys


Lorsque Pierrot est arrivé sur les lieux et que nous sommes devenus «un objet», il a clairement indiqué que le mariage était hors de question. Il était veuf et sa femme avait cotisé à un fonds de pension privé pour eux deux. S’il se remarie, il sera annulé. Même s’il avait deux restaurants, il ne m’a jamais dit comment gérer mon entreprise, en fait, il m’a demandé conseil dans la décoration de ses établissements !

Quand est venu le jour de notre retraite et que nous avons réuni nos capitaux pour créer une maison de vacances indépendante, il m’a laissé concevoir le bâtiment sur un site de grange en ruine et en dresser les plans. Je l’ai fait en concertation avec lui, tout comme je l’ai fait avec des clients dans mon travail d’architecte d’intérieur et de planificateur de cuisines équipées. Il m’a aidé à naviguer dans toutes les demandes de permis de construire et lorsqu’il s’agissait de traiter avec le constructeur sous contrat dans la construction de la maison, je lui ai laissé toute la conversation.

Une fois la maison construite, Pierrot a pris le relais, en posant les murs intérieurs et en les placo ainsi que les plafonds — et pour l’aménagement de la salle de bain, il m’a suggéré que les toilettes de la salle de bain principale pourraient être dans une pièce séparée avec son propre petit lavabo, il a fallu un peu réduire la taille de cette salle de bain et de la deuxième salle de bain qui était « en suite » dans une chambre, mais Pierrot est sur place (plutôt que mon sur-le-dessin- board) la conception a très bien fonctionné. Notre compromis nous a plu à tous les deux.

Il y avait deux cottages sur la propriété mais l’un était dans un état délabré, donc nous vivions ensemble dans une maison et en cohabitation, eh bien là les choses étaient différentes. D’emblée Pierrot ne m’a pas consulté sur l’organisation de la cuisine, il a simplement présumé… Non pas que je devais faire la cuisine, mais qu’il le devrait ! Il a calculé combien cela coûterait par jour pour me nourrir et m’a dit combien je devais payer pour l’épicerie et… Il a aussi fait les courses !

En plus de tout ça il a fait les travaux de construction et creusé un jardin ! Mais une fois ma cotisation de dessin de plan terminée, il ne s’attendait pas à ce que je fasse autre chose. J’ai même dû insister pour qu’il me permette de préparer les repas du chien et du chat !

Maintenant, ne vous méprenez pas, mon rêve depuis l’adolescence était d’être écrivain à temps plein et d’avoir un mari qui serait heureux que je le sois. Par ailleurs, l’idée était que nous donnions des cours d’art-thérapie aux vacanciers et je devais enseigner l’art, la poterie Pierrot. Il avait le diplôme d’assistant social. Avant d’établir ses restaurants, il avait dirigé un centre social où il avait mis en place des cours de poterie et de sérigraphie — ce dernier mon métier à l’école d’art !

Pendant ce temps, je compilais un livret sur les aliments à manger pour rester en bonne santé sur la base de mes années de recherche de faits. Ma seule activité physique consistait à promener les chiens l’après-midi. Je prenais du poids à cause de toute la riche cuisine française et par manque d’exercice. Pauvre Pierrot, comme il s’est énervé quand j’ai demandé qu’il ne cuise pas un plat de viande avec de la crème (autant que j’aimais en manger). Plus tard, j’ai demandé des entrées de salades crues, puis qu’il utilise de l’huile d’olive dans la vinaigrette même si son mélange de vinaigrette était tellement plus savoureux. Il s’est offusqué de penser que je critiquais sa cuisine.

Nous avons commencé à nous quereller pour de l’argent. Pierrot achetait des matériaux de construction et des outils sans me consulter (nous avions ouvert un compte chez un fournisseur d’un maçon) et comme ma contribution financière était plus importante (il était convenu qu’il paierait l’essentiel de sa part par les travaux qu’il faisait) je craignaient que le capital ne durerait pas le projet. Pierrot pensait que je suggérais qu’il ne faisait pas son poids et que je doutais de son intégrité.

Nos désaccords sur les dépenses financières ont été la ruine de notre cohabitation et à ma demande, Pierrot a aménagé pour moi une pièce du fond de la maison de vacances. Il s’agissait d’une mesure temporaire jusqu’à ce que le deuxième chalet soit restauré pour que je puisse y emménager. Pierrot s’en est occupé et une fois qu’il était habitable, mais pas parfait (je n’avais plus d’argent) il s’y est installé et je suis retourné dans le premier cottage.

Nous n’avons jamais mis en place de cours d’art-thérapie, les vacanciers réguliers étaient plus faciles à attirer en tant que clients. Quant à nous, eh bien, nous nous entendions bien une fois que nous vivions dans des maisons séparées. La porte de la cuisine de Pierrot était à quelques pas de la porte de ma cuisine et nous nous sommes retrouvés chaque soir pour prendre un verre au coucher du soleil avant de retourner dans nos propres cuisines pour cuisiner notre propre style de cuisine !