16 juillet 2021

Maître de la précision : pratique avec la Zenith Chronomaster Sport | Temps de visionnage

Par beasys


Zénith la version la plus intéressante de 2021 est la Chronomaster Sport, dont l’affichage révolutionnaire du chronographe au 1/10e de seconde est destiné à conduire la série équipée d’El Primero dans le futur. Dans cet article de notre numéro de mai-juin 2021, je lui donne un essai routier.

Zenith Chronomaster Sport sur bracelet acier

Zenith a toujours eu pour objectif de repousser les limites de la précision du chronométrage mécanique. Le Locle fabrication détient toujours le record du monde des prix de l’Observatoire de chronométrie, à 1 565. En 1969, Zenith est entré dans l’histoire avec l’introduction du calibre El Primero original, qui se distinguait, entre autres, par sa fréquence exceptionnellement élevée de 36 600 alternances par heure (5 Hz), ce qui signifiait concrètement que son chronographe intégré pouvait enregistrer les temps écoulés. pas seulement à la seconde mais au 1/10e de seconde. L’El Primero deviendrait la pierre angulaire sur laquelle Zenith construirait sa marque moderne pour de nombreuses années à venir. Cependant, dans la plupart des montres qui abritaient ce mouvement désormais célèbre, le cadran n’a pas été conçu pour enregistrer réellement ces mesures minuscules d’une manière facilement lisible. Cette année, Zenith y a remédié avec l’introduction de la série Chronomaster Sport, qui abrite la version la plus récente et la plus optimisée de l’El Primero et présente une lunette en céramique ultra-lisible avec un affichage gradué au 1/10e de seconde gravé.

Le Chronomaster Sport marque, selon Zenith, « une nouvelle ère pour le chronographe sport-chic par excellence Zenith », le Chronomaster équipé d’El Primero, dont les autres variations récentes ont inclus des modèles plus rétro-influenceurs comme la Chronomaster Revival Manufacture Edition et la Chronomaster A385 La relance. Le nouveau modèle porte certaines des influences vintage de ces modèles : son élégant boîtier en acier de 41 mm présente les poussoirs de chronographe de style pompe des modèles précédents et le cadran tricompax (en noir mat, comme sur notre modèle d’examen, ou en blanc mat ) héberge un ensemble de sous-cadrans qui se chevauchent dans les couleurs classiques El Primero de bleu, anthracite et gris clair, tout comme ils apparaissaient sur le modèle classique A386 de 1969. Le boîtier présente une gamme attrayante de finitions satinées et polies miroir sur ses courbes et ses facettes, d’autant plus importantes sur la version montée sur bracelet de la montre que j’ai examinée, où cette variété de surfaces brillantes et mates se poursuit de manière transparente des cornes aux maillons.

La lunette en céramique est gravée d’une échelle de chronographe au 1/10e de seconde.

Les poussoirs ne nécessitent qu’un minimum de pression du bout des doigts pour s’activer, s’engageant avec un léger clic métallique. Entre ces poussoirs, avec leurs têtes légèrement arrondies et polies, se trouve la couronne cannelée à deux positions avec une étoile en relief Zénith en son centre. La couronne est relativement petite et serrée contre le boîtier, ce qui est esthétique mais d’un point de vue utilitaire, il est un peu difficile pour les doigts de saisir et de tourner. Définitivement moderne, contrairement à tous les détails historiques de la montre, la lunette en céramique noire polie, avec son échelle gravée en blanc pour l’enregistrement des intervalles de temps au 1/10e de seconde, qui fait ses débuts sur cette nouvelle montre et confère une partie substantielle de son caractère «sport» . Un examen attentif de la lunette gravée révèle les subtiles alternances d’orientation des chiffres de l’échelle au service de la lisibilité.

En approfondissant les détails du cadran laqué noir, la plupart des éléments classiques de Chronomaster El Primero sont présents : les index à blocs facettés rhodiés, compressés aux positions 3, 6 et 9 heures pour accueillir les sous-cadrans ; un guichet rectangulaire à bords arrondis à 4h30 pour l’affichage de la date, avec un chiffre de date en blanc sur fond noir ; et les sous-cadrans en retrait susmentionnés, qui se chevauchent doucement les uns les autres et sont finis avec une texture colimaçonnée à peine visible, sauf sous une loupe. Les aiguilles rhodiées et partiellement ajourées ont une bande de Super-LumiNova sur leurs pointes et l’aiguille des secondes (en fait, « l’aiguille au 1/10e de seconde » pourrait être plus précise) comporte un contrepoids en forme d’étoile et une pointe rouge.

Les sous-cadrans tricolores témoins enregistrent les secondes et les minutes écoulées ainsi que les secondes en cours d’exécution.

Comme indiqué ci-dessus, cependant, l’aiguille centrale et les sous-cadrans remplissent un éventail de tâches légèrement différent de celui des montres chronographes « standard » El Primero. Une pression sur le poussoir supérieur envoie le compteur central à pointe rouge dans une action ultra-rapide, balayant le cadran et l’échelle de la lunette en céramique en 10 secondes au lieu de 60. Simultanément, l’aiguille centrale termine sa sixième orbite autour du cadran, la plus petite aiguille sur le sous-cadran à 3 heures, habituellement l’affichage des minutes écoulées, effectue une rotation complète autour de l’échelle de 60 secondes imprimée en blanc de ce sous-cadran en une minute, tandis que l’aiguille du sous-cadran à 6 heures, traditionnellement utilisée pour compter les heures écoulées, passe au premier index sur son échelle de 60 minutes. Je défie tout porteur de ne pas se trouver transpercé par le mouvement dynamique de l’aiguille centrale accélérant après avoir activé le chronographe. L’avantage ici, bien sûr, est qu’une nouvelle pression sur le poussoir supérieur arrêtera toutes les aiguilles à la fois et permettra au porteur de lire les temps arrêtés non seulement à la seconde mais au 1/10e de seconde, un élément particulièrement utile dans le chronométrage de événements sportifs.

Qu’est-ce qui a été sacrifié par rapport aux Chronomasters précédents pour mettre cette fonctionnalité d’avant-garde au premier plan ? Eh bien, l’échelle au 1/10e de seconde supplante l’échelle tachymétrique que l’on trouve sur certains prédécesseurs, vous ne pouvez donc pas l’utiliser pour calculer des vitesses en fonction de la distance. Et vous ne pouvez pas chronométrer des événements avec le chronomètre qui durent plus d’une heure (par opposition aux intervalles de 12 heures réalisables sur d’autres modèles). Dans l’ensemble, ceux qui manquent vraiment ces fonctions sont susceptibles d’être peu nombreux, et en tout cas Zenith propose déjà une multitude de modèles existants pour eux.

La roue à colonnes du mouvement est repensée pour être plus grande et plus visible.

Le nouveau moteur micromécanique au cœur de ces avancées est le calibre 3600, la dernière évolution du demi-siècle El Primero – construit sur ses prédécesseurs les plus récents, le calibre 400 et son successeur, le calibre 400B, et intégrant un certain nombre d’améliorations, beaucoup d’entre eux subtils mais substantiels. L’équipe de Zenith a utilisé des technologies modernes pour diminuer le nombre total de composants tout en parvenant à augmenter la réserve de marche. (Pour être plus précis, les 311 pièces du calibre 3600 sont plus que les 278 pièces du calibre de base 400, mais moins que les 328 du calibre 400B, qui a ajouté des éléments pour déplacer la position de la date de 4h30 à 6h00. )

L’assemblage de chaque calibre a été optimisé, avec moins de variétés dans les types de petits composants comme les vis, les bijoux et les goujons. Les pièces qui composent la fonction calendrier sont les mêmes, mais la plus importante, le disque de date, a été optimisée pour offrir plus de types de personnalisation et de décoration. Une fonction stop-seconde et une séquence de couronne inversée ont été ajoutées.

Deux poussoirs de type pompe encadrent la couronne cannelée avec son étoile Zénith en relief.

Le changement majeur côté cadran du mouvement est la suppression du convoyeur, qui servait d’embrayage du totalisateur à 6 heures. La roue à colonnes, élément essentiel tant sur le plan technique que visuel de l’architecture El Primero, a été agrandie et également repositionnée pour être plus visible, placée le long de l’axe 6h-12h. Les modifications apportées à l’embrayage latéral sont également importants d’un point de vue visuel, qui intègre désormais deux roues intermédiaires au lieu de la précédente (conception brevetée) ; en attendant, la roue montée sur l’axe de la deuxième roue de l’El Primero 400 a été supprimée.

Les améliorations apportées aux capacités de chronométrage du chronographe découlent également de la conception améliorée des dents des roues. Chaque roue individuelle a sa propre forme de dent spécifique, en fait, conçue à partir d’un algorithme informatique, qui améliore considérablement le couple du train d’engrenages. Dans le nouveau design de ce mécanisme, l’énergie du chronographe provient de la roue d’échappement plutôt que de la roue des secondes, comme dans une complication foudroyante ou seconde sautante. Visuellement, cela se manifeste par l’aiguille centrale des secondes du chronographe effectuant une rotation complète autour du cadran toutes les 10 secondes mais divisée en exactement 100 positions, permettant au porteur de lire les temps écoulés au 1/10e de seconde directement sur la lunette.

El Primero Calibre 3600 bénéficie d’un éventail d’améliorations techniques.

Le mouvement, exposé derrière un fond de boîtier en saphir, est conçu pour mettre en valeur visuellement la roue à colonnes bleue agrandie et l’embrayage latéral à levier ainsi que le rotor ajouré en forme de l’emblème de l’étoile Zenith. Les interactions entre la roue à colonnes et les différents leviers, ainsi qu’avec le bec de l’embrayage latéral, sont particulièrement mises en évidence. Ce calibre ultramoderne est équipé d’une fonction stop-seconde et stocke 60 heures de réserve de marche, soit 10 heures de plus que le calibre standard El Primero 400.

Les fans et les collectionneurs de Zenith se souviendront peut-être de la version «prototype» de la Chronomaster Sport, surnommée «Chronomaster 2.0», qui a fait ses débuts en édition limitée en 2019, l’une des trois qui comprenaient un ensemble «passé-présent-futur» sorti début 2019 pour L’année du 50e anniversaire d’El Primero. Cette nouvelle collection représente une rationalisation visuelle et technique de cette pièce, avec une lunette en céramique plus proéminente et une taille de boîtier affinée, de 42 mm à 41 mm. L’affichage de la date, qui a migré à 6h sur l’édition limitée, a retrouvé sa position traditionnelle de 4h30 sur la Chronomaster Sport.
Le modèle à cadran noir que nous avons examiné et le modèle à cadran blanc sont tous deux disponibles sur un nouveau bracelet en acier intégré, construit pour ressembler aux bracelets historiques Gay Frères trouvés sur les modèles Zenith des années 1960; et sur un bracelet en caoutchouc texturé effet cordura. La montre est au prix de 10 000 $ sur le bracelet et de 9 500 $ sur le bracelet.

Le bracelet en acier de style Gay Frères évoque les montres Zenith des années 60.

La lunette en céramique, le cadran tricompax, les poussoirs de pompe et le bracelet distinctif à trois maillons ont déjà apporté des comparaisons avec une autre montre chronographe plus vénérée, la Cosmograph Daytona de Rolex. Mais la Chronomaster Sport doit-elle vraiment être cataloguée comme une Daytona « moi aussi » ? Nous dirions que les sous-cadrans tricolores familiers, la première échelle de lunette au 1/10e de seconde du genre et l’aiguille centrale rapide avec contrepoids en étoile confèrent définitivement à ce modèle une identité qui lui est propre. N’oublions pas que c’est le calibre El Primero de Zenith qui a ajouté de la valeur et de la capacité de collection à de nombreux Daytona antérieurs. Dans un sens, on pourrait donc dire que Zenith capitalise simplement sur un style qu’il a contribué à rendre populaire il y a plusieurs décennies.

Spécifications :
Fabricant: Zenith International SA, Rue de Billodes 34-36, CH-2400 Le Locle, Switzerland
Numéro de réference: 03.3100.3600/21.M3100
Les fonctions: Heures et minutes au centre; petite seconde à 9h ; Chronographe 1/10e de seconde avec aiguille centrale du chronographe effectuant un tour complet en 10 secondes, compteur 60 minutes à 6h et compteur 60 secondes à 3h ; affichage de la date à 4h30
Mouvement: El Primero 3600, automatique ; fréquence = 36 600 vph (5 Hz), réserve de marche = 60 heures ; fonction stop-secondes; Chronographe 1/10e de seconde avec roue à colonnes et embrayage latéral
Cas: Acier inoxydable avec lunette en céramique noire, couronne en acier cannelée, poussoirs de chronographe de type pompe, glace saphir bombée avec traitement antireflet des deux côtés, fond d’exposition en saphir, étanche à 100 mètres
Bracelet et fermoir : Bracelet « Gay Frères » en acier inoxydable avec boucle déployante de sécurité en acier
Dimensions: Diamètre = 41 mm, hauteur = 13,6 mm
Variantes : Sur bracelet en caoutchouc effet cordura (9 500 $); avec cadran blanc sur bracelet en acier (10 000 $) et sur bracelet en caoutchouc effet cordura (9 500 $)
Prix ​​: 10 000 $